Journées suisses des
Médecines du personnel
des Institutions de soins

La main au travail
Lausanne - CHUV
18-19 novembre 2004

Journées scientifiques
de la Société Suisse
de Médecine du Travail

Désinfection des mains et des surfaces : sans risques pour la santé ?

C. Lazor-Blanchet, Institut Universitaire Romand de Santé au Travail, Lausanne

150 ans après les préceptes de Semmelweiss, l'hygiène des mains constitue un acte essentiel de prévention hospitalière et de protection de la santé des patients.

Au cours du temps, les procédés de désinfection des mains, des instruments et des surfaces en milieu de soins ont subi de nombreuses modifications, en raison de l'augmentation des infections nosocomiales d'une part et de l'apparition de nouveaux agents infectieux d'autre part. Les produits à employer et les procédures sont bien codifiés, faisant appel le plus souvent à des processus chimiques (famille des aldéhydes, ammoniums quaternaires, alcools, oxydants, etc.).

Les principes actifs entrant dans la composition des désinfectants, seuls ou en association, sont pour la plupart des irritants cutanéo-muqueux ; certains d'entre eux sont sensibilisants.

La manipulation des désinfectants est, avec l'utilisation des gants, la principale cause de dermatose professionnelle parmi le personnel de santé, favorisée par un emploi inadéquat et répété des produits, et souvent aggravée par des facteurs individuels (terrain atopique) ou extérieurs (climatiques).

Les vapeurs et les aérosols de certains désinfectants peuvent être responsables d'atteintes des voies respiratoires parfois lourdes de conséquences sur la poursuite de l'activité professionnelle, notamment en cas d'apparition d'asthme.

Enfin, certains principes actifs, comme le formaldéhyde par exemple, ont un potentiel mutagène et cancérogène.

Outre des effets sur la santé des utilisateurs, les produits de désinfection du matériel médical peuvent aussi être à l'origine d'accidents iatrogènes potentiellement graves chez les patients : des cas d'irritations trachéales, de kératite, de recto-colite, ainsi que quelques cas de détresse respiratoire chez des nourrissons sont rapportés dans la littérature. Bien qu'exceptionnels, ces effets indésirables sont liés à l'utilisation d'un produit inadapté au matériel à désinfecter ou à un défaut de rinçage du matériel après désinfection.

Indispensables en matière de prévention et de lutte contre les infections nosocomiales, les produits de désinfection doivent faire l'objet d'une évaluation globale et d'une vigilance permanente afin de repérer le plus précocement possible les problèmes de santé apparaissant chez les utilisateurs. Le choix d'un produit de désinfection, notamment pour la friction des mains, devrait tenir compte de la tolérance cutanée des utilisateurs, facteur influençant considérablement l'observance des pratiques d'hygiène.